Le mot de Philippe Ehouarne

Cette année l'on constate un réel engouement pour le Bretagne ultra trail et sa distance phare le 103 kms. Nous profitons de l'essor fulgurant du trail et notamment de l'ultra trail. Au delà du phénomène de mode nous récoltons les fruits d'une communication pas chère basée sur le bouche à oreille amplifiée par le développement des réseaux sociaux.

Notre parcours en ligne qui relie la terre Argoat à la mer Armor est objectivement un merveilleux condensé du trail en Bretagne. Notre parcours est ponctué de lieux cartes postales. Notre organisation qui donne la prime à la simplicité et à la convivialité est reconnue comme efficace. On ne fait pas dans le temps à l'œil. Le parcours suffit en lui même à vous en mettre pleins les yeux.

Malgré ce succès d'estime, nous ne souhaitons pas faire dans le gigantisme. D'ailleurs les contraintes environnementales et logistiques nous obligent à une certaine modestie. Le 27 avril le petit port de doelan devrait accueillir 1100 coureurs max pour les 3 courses.

Il faut souligner que les bénéfices de l'organisation servent à financer la soirée de remise des prix du challenge armor argoat. En 2018 les 200 concurrents classés  ont reçu en lot finisher une superbe doudounne et ont pu profiter d'un repas avec animation musicale.

La première édition du But en 2010 avait réuni une petite centaine de concurrents et avait lancée l'aventure ponctuée en 2015 de la venue d'un team reunionnais. 2019 est l'année du décollage pour une épreuve qui me semble bénéficie d'une grosse côte de sympathie.

Le Bretagne Ultra Trail, plus familièrement appelés le B.U.T, existe depuis 2010 ou plus tot depuis l'année 2009 avec une édition "0", à l'époque le départ se faisait de la cathédrale de Guern et Philippe de haut de sont clocher avait quelques mots pour les quelques 150 coureurs présents a Guern :

Du haut de son perchoir Philippe Ehouarne invite les coureurs à la prudence: "Ne sous-estimez pas notre parcours!" Le parcours sera usant et fera payer cher les départs trop rapides ou les erreurs d'alimentation." cet adage restera de mise pour toutes les éditions, " un départ trop rapide , une mauvaise gestion seront souvent synonyme d'arrêt ou d'espoir déçus.

La tempête Sabine : Panorama le Pouldu le samedi 26 avril 2014

  

Bretagne donc de part son lieu de naissance , son enracinement dans le Morbihan et le Finistère, mais aussi part son caractère régional qui illustre à merveille ce caractère « Breton » âpre et fascinant , cet attachement chevillé au plus profond de nous à ce bout de terre ou de mer, comme le proclame le nom de leur département « petite Mer » pour le Morbihan et fin de la terre pour le Finistère. Un parcours de 118 km en 2014 partant de Quelven (commune de Guern) et se terminant sur la plage au Pouldu (commune de Clohars Carnoet) , mais en cette journée particulière vous étiez toutes et tous des Bretonnes et des Bretons de cœur ou d'adoption.

 

Ultra , bien sur de part la distance et la difficulté de cette épreuve qui sait préserver la richesse et beauté de ses sites, pour l'apprivoiser il faudra faire preuve de beaucoup de patience et d'abnégation pour qu'elle vous laisse approcher et vous ouvre les portes de son univers. Alors féminin ou masculin ? on dit une épreuve , une course, une découverte…mais aussi un trail , un voyage, un chemin ... A chacun(e) sont voyage , laissez vous séduire et comme un certain nombre d'entre vous revenez vous enivrer de ses parfums celtiques et attachants.

 

Trail, enfin à travers le « cheminement »  sur les chemins qui pour beaucoup d'entre eux sont plus vieux que nous et perdure , et permet à celles et ceux qui savent les découvrir, d'attendre son « graal » tout aussi mystique que son origine : courir , vivre , respirer, s'enivrer…………

 La même année d'ailleurs : Et voici Gégé, l'inoxydable!

2012: Quelles images retenir de cette version 2012 du Bretagne Ultra Trail  ............?  les mots des participantes et des participants a l'arrivée au Pouldu : ".......superbe parcours,.........................très belle région. .........merci a tous les bénévoles.......", certainement un ensemble qui fait de cette course une épreuve qui vous accroche le cœur et marque le corps et l'âme.

Envers tous les égards et respects à vous tous qui avez participé à cette épreuve, un moment fort et marquant de cette édition 2012, celui du Team HUMBLEZH , ces Hommes qui ont parcouru 63 km tirant et poussant une Joêlette , faisant ainsi le bonheur de 5 enfants handicapés, une marque " d'Humilité" pour tous ces coureurs , tous d'un bon niveau, vous retrouvez bon nombre d'entre eux aux premières place des principaux trails Breton et Français. Votre narrateur reste impressionné par l'image du Team dans les Roches du Diable ...................

Une réalité néanmoins pour celles et ceux qui pensait que la Bretagne est une région de plaine, certes nous n'avons pas de montagne et le point culminant le Roc'h Ruz culmine a 350 m , mais  l'Argoat et l'Armor restent une succession de dénivelée, jamais très important mais sans cesse renouvelé et certainement une difficulté de ce Bretagne Ultra Trail, à partir d'aujourd'hui Bretagne et montagne sur le pied, avis aux amateurs.

2013: une belle histoire que celle des B.LA.L.T.S

Les B.L.A.T.s (Bretagne l’attitude Trail)

 

...Une autre histoire, certainement tout aussi belle celle des B L A Ts : le Brest l'attitude Trail , une bande de copain que vous connaissez certainement et si ce n'est pas le cas allez sur leur blog : Brest L'attitude Trail pour découvrir le secret de leur préparation. Les p'tit Zef (c'est le p'tit nom des Brestois) possèdent certainement la potion magique pour réussir cette course , deuxième en 2012 Stéphane le Duc avait une pression sur les épaules pour l'édition 2013, déclaré favoris par différent articles , il a savamment bien géré son statut même si la carapace du Pirate n'est pas imperméable .

Il n'était pas dans les premiers lors du passage au stade de Bubry , un peu tendu peut être mais c'était certainement doit être la fraîcheur du moment , il y avait gelée blanche sur la pelouse lors de son arrivée au ravito, mais l'homme à de la ressources à Plouay il arrive 4ime a 4 minutes environ d'un trio composé de Alain Marion des Foulées Concarnoise , Michel le Godec du Cima et Denis Caillibot d'endurance Shop de Rennes. Alors que s'est t'il passé après ….. ? et bien il avait les Roches du Diable et à ce moment le .. le Pirate est passé à l'attaque , et par la suite il n'a pas lâché le morceau, en tête à Quimperlé, fortement encouragé par un comité au p'tit soin pour leur poulain, tout est prêt à chacun son rôle : je change la balise, rempli les gourdes ,refait le plein d'énergie et le revoilà partit vers St Maurice, et au sortir de la longue allée forestière il commence a avoir le sourire, les senteurs marine commence peut être a faire leurs effets, un vent de mer souffle vers les terres et l'appel vers l'arrivée , un passage sur le superbe chemin côtier qui précède la délivrance et il ne lui restera plus que les escaliers menant au plateau d’où la vue est superbe.

Bravo Stéphane tu était au top ce samedi 27 avril et après ta seconde place en 2012 , tu as certainement savouré avec les B.L.A.Ts ce moment, instant que vous aimez certainement pour le groupe , puisque tous ensemble finisseurs que vous êtes , vous étiez là pour l'arrivée du dernier d'entre vous qui finissait tard dans la nuit a 23h 57 exactement soi près de 7heures après Stéphane , toutes et tous autour de lui vous lui avez fait la fête pour sont parcours, une belle image de votre groupe qui nous rappelle 2012 ou d'autres p'tit Zefs (décidément) arrivaient au bout de 63 km en ayant poussé une joelette , d'ailleurs le vent du moment laisse entendre que certain souhaiteraient tenter l'aventure en solo sur l'édition 2014...............vive les p'tits ZEF.

 

2015 : La Réunion est présente pour la première fois sur le B.U.T , d'autres années suivront

 Quelques mots de coureurs ( 2014) sur le B.U.T, ce sont eux qui en parle le mieux

 

Fred Laureau ( vainqueur des 64 km en 5h 28 52) ptit cr rapidos comme tout le monde


Donc samedi, c'était le départ du Bretagne ultra trail sur le baby trail (65km) à Plouay. Après le pipi du stress dans la foret, le départ est donné. je décide de me placer en première ligne histoire de pouvoir regarder qui est qui ! et de ne laisser partir que les relayeurs devant.après 2-3km je me retrouve avec gwenael et 4 relayeurs que nous laissons partir.

Derrière, thierry le Floch et claude Pérot sont en embuscade.sans me concerter avec Gwéna, je décide d'essayer d'appliquer mon plan : c'est a dire, prendre la course à mon compte avec une allure rapide et de voir comment ça réagit au relais de ty nadan. Du coup, gwéna me dit qu'il trouve que les relayeurs ne vont pas vite ! mais je lui dit que c'est nous qui allons vite en effet on double les relayeurs (nous sommes au km 15 avec 14km/h de moyenne). bref, gwena est sur le porte bagage et j'astique un peu histoire de faire le trou ! km25 j'allonge la foulée car j'ai une commision à faire ! je décroche gwéna et en profite pour m'isoler un peu. ce n'était pas une attaque mais j'ai bien vu que mon compagnon commençait à coincer.on arrivera à ty nadan ensemble avec le premier du relais. 

Je ne m'arrête pas au ravito et prend quelques longueurs d'avance que j'arriverais à conserver jusqu'au bout.j'ai a ce moment des infos sur les écarts. 5' après mon passage au 32ème, il y a juste gwena qui est passé. je décide donc d'appliquer la seconde phase de mon plan : gérer 15km en regardant dans le rétro. Donc pendant une grosse poignée de km, je contrôle l'allure avec les messages de mon espionne qui m'informe des écarts derrières mais avant d'arriver à l’abbaye de Toulfoen, je contrôle en faisant un pointage sur une longue ligne droite ! oups plus qu'une minute trente d'avance sur gwéna !! donc je décide de passer à la phase 3 initialement prévu : relancer un bon coup pour finir.

Et aussitôt dit, aussitôt fait. grosse relance et je reprend 2' d'avance très rapidement puisque j'arrive au pont saint maurice avec 3'30.je poursuis mon effort et enchaîne très vite pour attaquer la dernière section. J'en remet une ptite couche dans les relances et termine cette épreuve en 5h28 avec près de 5' d'avance sur gwénael le boulch et 13' sur le 3ème bienvenu emmanuel.

Je suis très heureux de gagner le Bretagne ultra trail (65km) merci à ma femme pour le suivit sur la course (ravitaillement et infos des écarts)et un grand coup de chapeau à l'organisation mais surtout au bénévoles sur les bords de route ou des chemins car avec les conditions météo, ça n'a pas du être drôle toute la journée et la nuit !! merci.

 


 

 

Graziella Inizan (2 ime féminine sur les 118 km en 15h 39 08) Alors comme promis, un petit compte rendu de mon 1er ultra - le 118 km du BUT


Le rendez vous était donné le week-end du 26 avril...toute la famille allait être présente, les parents, la frangine, les loulous, Nico...et ma fidèle supportrice Catherine. Arrivée le vendredi en fin d'après-midi...la pression montait déjà depuis une semaine ! La nuit de vendredi à samedi fut bien courte...couchée 21h30 (endormie 23h30 !) levée 2h30 direction Quelven à 50 min du camping.


L'ambiance du départ est très conviviale avec un petit café...on me donne une balise afin d'être suivie par GPS tout le long de la course...aille ! la pression monte encore! Départ sous les fumigènes et première pour moi, un départ à la frontale pendant 1h45.


Je sais que Stephanie Lefloc'h prend le départ 3 semaines après son 24h, et malgré que ce soit mon premier ultra je me dis : je prend un départ assez rapide pour voir si elle fait la course en balade ou pas (car je la sait plus rapide et beaucoup plus expérimentée que moi : 1ere du BUT 2013, 1ere du 177 kms du Raid du Golfe 2013, 6 ème au championnat de France de 24h 2014...).


On me dit première sur les 15 premiers kilomètres et là, moment d'inattention j'embarque un dizaine de coureurs avec moi sur une mauvaise direction, demi tour et 3-4 minutes dans la vue...oups ça ricane derrière ! C'est reparti à un bon rythme et qui vois je devant moi Stephanie ...donc si je veux m'accrocher il faudra garder un bon rythme !


Je la dépasse rapidement et arrive juste devant elle aux deux premiers ravitaillements. Elle me redépasse bien avant le ravitaillement de Plouay, qui fait office de base de vie..un peu de riz au lait, crémage des pieds, changement de chaussettes et pause pipi. Nico est là et me dit que Stephanie est arrivée avec 6 minutes d'avance sur moi...je repars avant elle, les jambes sont de plus en plus dures à relancer (d'après Nico, je ne suis pas restée assez longtemps au ravito...il a surement raison..environ 8 min pour 20 min que m'avait conseillé coach Fred !). Je reste devant jusqu'au 87em kilomètre mais cela devient de plus en plus dur...très mal aux lombaires (vue ma position de course à la Bossu de notre dame, c'est pas étonnant !), et surtout deux bouts de bois qui commencent à arriver au niveau des quadri ! Point positif, je m'alimente et bois bien ! Exceptionnel pour moi !


De nombreux encouragements à l'arrivée des ravitaillements font chaud au coeur ! Aline Wunsch, madeleine Masson, Catherine ...


Arrivée au Ty Nadan au 86 em kilomètre , je marque une pose de 4-5 minutes et qui vois je débouler...Stephanie...je me dis qu'elle va prendre le temps de se ravitailler et décide de repartir afin de garder mon avance....à partir de ce ravitaillement compris elle ne marquera plus aucun ravito et me dépassera juste après le Ty Nadan . Le jeu de la première place s'arrête ici et elle filera vers la victoire avec plus de 53 minutes d'avance (vraiment trop forte...j'aurai peut-être eu ma chance si elle avait fait un 48h , trois semaines avant :-)


Je prends quand même un coup au moral... Les descentes deviennent vraiment compliquées avec des quadri et lombaires en feu! Ravitaillement de Quimperlé, catherine à eu Coach Fred au téléphone qui lui dit qu'il faut que j'en garde un peu pour la fin....euh je suis déjà au bout du bout là , j'en suis au 98 kilomètres....Catherine me masse un peu le dos et les quadri...ça soulage. Ma soeur, mes parents, les enfants sont aussi là mais il faut déjà repartir. Je prends ma musique en me disant que ça va m'aider...au bout de 10 minutes, je ne la supporte plus et préfère rester à l'écoute des bruits extérieurs et profiter...je me dis que j'ai dépassé les 100 kilomètres et que même si cela devient très difficile, je finirai, j'en suis sure !


Dernier ravitaillement à Pont Saint Maurice...Catherine et mon père sont là...ils m'encouragent, me disent que c'est super, mais qu'ils ont hâte que j'arrive...les pauvres, ils sont frigorifiés !


Les 7 prochains kilomètres auront été les plus durs jamais couru (ou marché ! J'altère course et marche pendant 3 kilomètres puis me mets en marche rapide sur un kilomètre...et là Nico vient à ma rencontre...me dit que le paysage est magnifique, que la mer est déchainée et qu'il faut que je me fasse plaisir ! Ouais bon là, on repassera ! Comme rien ne marche pour me faire recourir, il me dit qu'il voit une nana derrière ...eh ! je vais pas perdre ma deuxième place quand même ! Pourtant aux derniers ravitos , on m'avait dit que la 3em était loin derrière...le cerveau étant quand même un peu en veille...je relance la machine et me remets à courir sous la tempête, jusqu'à l'arrivée ! Bien évidemment pas de 3em à l'horizon ! Merci Nico pour la bonne blague
La délivrance après 15h39 de course. Je finis 46 em sur 124 finishers et 217 au départ (42% d'abandon !) Voilà c'est fait !


Forcement pas beaucoup dormi la nuit suivante car refais un peu la course quand même ! Trop heureuse !

Un grand merci à mon entraineur Fred, pour tous ses précieux conseils et sa disponibilité, à Catherine pour sa présence et ses encouragements qui m'ont fait chaud au coeur, et biensur à toute ma famille car je sais que ça n'a pas toujours été facile de trouver les lieux de ravitaillements et d'être toute la journée dans la tempête !


Bon, le lendemain, je ne vais pas mentir, c'était Robocop...je n'avais jamais connu ça ! Le palet était brulé par le sucré ... 10 cm de dénivelé me paraissait être une montagne à gravir et les descentes...n'en parlons pas !

Mais .....on recommence quand ???

 


Jérôme Suppi ( 44 ième des 118 km en 15h 32 31)Bretagne Ultra Trail : Le B.U.T de Jérôme Suppi


Bon bah quand ça ne veut pas... et hier ça n'a pas voulu. 1/4 d'heure avant le départ le câble de ma frontale qui se dessoude (merci Stepg pour le prêt). Un départ prudent, avec Fred et Steph on hallucine du rythme auquel vont certains ( c'est sur ça va péter). On est bien. J'avais prévu un départ + rapide mais je pense qu'on a bien fait et puis c'est cool de courir avec les copains.

2nd ravito à Bubry 1er choc c'est le frangin qui me passe le ravito (belle surprise surtout qu'il n'a pas dormi depuis + de 24h). Tout se passe bien on remonte des gars et j'ai la forme et l'envie de bien faire. Arrive la pause popo, 100m après le diablo coincé dans des barbelés qui lutte pour s'en débarrassé. Les mains en sang mais surtout la veste, la flasque le short ruiné, je repars énervé, un peu vite avec ce coup de nerfs.
 
Plouay tout se passe bien on est dans les 15, ravito en famille et amis c'est top. On ressort et 200m après les cuisses décident de me lâcher des douleurs dans les ischios et quadri jamais ressenties vont avoir raison de ma course. Je perds de vue Fred et Steph et ça pour le reste de la journée. Seul la galère va durer un peu plus de 10h. Beaucoup de questions fusent je me raccroche à la famille, aux amis, aux paroles du coach et à la prépa, mais bien c'est dur et j'ai trop mal. En plus je réussis à prendre une décharge le long d'une clôture (ça va relancer les cuisses, électrostimulation... Bah non!).
 
C'est décidé si Gilles n'est pas là à Ty Nadan je stop. Je tombe dans ses bras en pleur et boit ses conseils comme ceux de mon frère. Rebooster je repars et réussis à courir 5km ça revient? Bah non c'est reparti pour la galère.

Quimperlé Laura ma mère et le frangin toujours présents, je peux pas stopper même si l'envie me gagne de plus en plus bien que je sois toujours dans les 25. Fin de course galère je me fais passer sans cesse, je n'arrive plus à courir et personne n'a mis d'escalator dans les montées et descentes je douille grave. Je chiale, je marche, je chiale je marche... Moins de 10km et mon frangin vient à ma rencontre ça fait du bien. Pont St Maurice je lui demande de m'accompagner je n'y arriverai pas seul!!! 2km Gurvan m'encourage au bas des escaliers du port et nous accompagne suivi du vainqueur du 63 Fred.

On y est. 15h32 pour boucler les 119km du but soit environ 3h de plus que ce que je m'étais mis en tête. Quelle claque mais je n'ai pas tendu l'autre joue et j'ai réussi grâce à ma famille (un gros MERCI au frangin), aux amis, à Gilles à tous les coureurs de Quéven athlé qui ont partagé une préparation éprouvante. Merci car sans ça c'était la bâche assurée. Quelle folie, quelle galère, quelle journée de m.. Et surtout quelle DÉCEPTION Gros coup au moral. Bravo à tous et fier de Steph et Fred mes compagnons de 1ère partie (j'aurai kiffé finir avec vous).

 

 


 

Emmanuel Morin (118km en 13h 32 20 a la 13 ime place)

 

BUT terminé, course à oublier! Journée de galère comme je n'en avais pas connu depuis longtemps (13ieme 13h30). Bravo à tous les partants qui ont osés affronter le déchainement des éléments (ne manquait que les météorites) et aux bénévoles!! Tout ca pour finir comme ça!

 

 

 

 


Bretagne Ultra trail : le parcours de Cyril Croguennec

Voilà bilan de ce BUT 2014, 117km: abandon au km 86 après 12h56 de course, sous une météo de merde pluie, vent, grêle et froid, terrain super glissant et gras par moments.


Un début de course avec de bonnes sensation jusqu'à Plouay au km 57.Je progresse comme ce que j'avais prévu et arrive à m'alimenter comme je voulais en gros tout va bien et le moral aussi les douleurs musculaire et des début de crampes arrivent mais restent supportable.Heureusement le paysage est jolie et la parcours sympa bonne cotes bonnes descentes rivières sous bois monuments...chemins ...

Au ravitaillement je retrouve à nouveau ma petite femme qui m'aide a réapprovisionner mon sac en alimentation et boisson. Vers le km 64 les crampes aux adducteurs et aux mollets sont insupportables par moment je dois m'allonger sur le chemin pour essayer de gérer les crampes ...gros moments de solitude et de douleurs et de cris...

Là, tu te dis mais qu'est ce que je fou là en ce samedi après midi..."aller Cyril bouge ton cul" tu te gueules dessus au milieu de la forêt mais cela ne fait rien alors tu écoutes un peu de musique mais rien ne fait le moral est au plus bas et je croise personne pendant de longues minutes...même pas un petit animal des bois genre Bambi, un Elfe des bois ou un Druide, ce qui est dingue quand tu vois la taille de la foret!

Les 20 derniers km sont pour moi horribles, je suis obliger d'alterner marche et course voir à la fin juste marche au vu des douleurs et du moral...Régulièrement la pluie et la grêle sont importantes...que faire arrêter au prochain ravitaillement? La je réfléchi pendant un long moment et arriver au km 86 je retrouve Jeanne et la je ne peut plus continuer. J'arrive sous la pluie et le froid et annonce mon abandon au PC course par SMS. Il faut être réaliste et lucide j'ai atteint mes limites à ce moment, je ne pourrais jamais rejoindre le prochain point de contrôle dans les temps, à la vitesse au j'avance actuellement...Il restait encore plus de 32 km jusqu'à l'arrivée...au final 42 pour cent d’abandon.

Bilan :je suis content de moi tout de même j'ai atteint un bel objectif quand même, maintenant c'est repos...Prochaine course Guerlédan 58 km le 8 Juin prochain.

 


Christian Moaligou  (semi BUT 63 km 1er  en 10h02)

 « Mon B.U.T » 2014

 Né à Hennebont  d’une mère hennbontaise et d’un père Quimperlois, une femme doëlanaise, toute ma famille habitant le Pouldu et moi-même y ayant une résidence, comment ne pas courir l’édition 2014 du Bretagne ultra Trail ?? , un des plus beaux trails au monde ! En 2013, par temps frais et déjà V 4, j’ai réalisé 9 h 30 sur le 63 km.

 Cette année, Après le trail des marcassins courus dans la boue en février, l’Eco trail de Paris (50 km ) couru le 29 Mars, le marathon de Paris du 6 avril, j’ètais bien décidé à faire une perf’ sur le 63 km ? du B.U.t certain de monter sur le podium car seul V4 .

Le parcours, je le connais forcément très bien depuis Quimperlé , le sentier côtier de la Laïta étant depuis de très nombreuses  années mon terrain d’entraînement.

 Départ à Plouay et rencontre avec l’ami Benjamin LE GARREC , dernier vainqueur du challenge Armor Argoat hélas forfait cette année suit à blessure .Mon objectif  au départ : 10 h 00 sur ces 63 km compte tenu de mes courses du mois précédent. Mon rythme respecté : 7 ‘ 20  sec sur le plat ou en descente et 10 ‘ en côte , ce qui m’a amené en  2 h 58 ‘ aux roches du diable et ce sans aucunement forcer.

 Par contre , la pluie, les bourrasques , le terrain glissant ont rendu la suite plus difficile pour maintenir ma cadence. Entre les roches du diable et Ty Nadan , pas de soucis particuliers amis quel spectacle que l’Argoat , l’Ellé , ..à 7 km/h j’aui ey le temps d’apprécier ! A 100 m du  ravitaillement de Quimperlé, je cours dans une flaque d’eau.. en fait un vraitrou et je me retrouve avec de l’eau à mi- cuisse

 De Quimperlé à Saint Maurice, fidèle à ma stratégie, je marche dans les côtes et cours sur le plat autour  de 8 mn au km , ce qui me permet de monter les 104 marches sans encombre. Depuis Saint Maurice, je suis chez moi et je m’accroche derrière une candidate qui m’a doublé au ravito, ce qui me permet de doubler 5 ou 6 autres coureurs dont un en coupe vent vent bleu qui me suivra jusqu’à un km de l’arrivée

 A Porsmoric, c’est fait, je décroche  la jeune femme et arrivé au mat Pilote sur la côte, la tempête souffle fort et me pousse vers les terres ( heureusement ) pas dans la mer !! Bonne surprise en arrivant au Pouldu, on ne descend pas sur la première plage , ce qui permet d’éviter la descente technique et la houle ! Après la descente sur la plage des grands sables et la remontée de l’escalier , arrivée sous le portique d’arrivée en 10 h 01 mn et 19 sec, mon objectif  parfaitement respecté et même avec le regret de n’avoir pas fait mieux car vraiment sans fatigue aucune.

 

Arrivé 1 er  V 4,  merci pour le panier garni, pour le maillot de finisher, le sac de trail..+Mille mercis à tous ceux, aux organisateurs et bénévoles qui ont plus soufferts que moi des conditions  météo détestables , il est vrai que je suis un vrai breton qui connaît le climat de Cornouailles !

 


 Jean Miche lHeudre ( 118 km en 16h02 13)

  Le "BUT" on peut faire plein de jeu de mots avec, mais quand on est dans le vif du sujet ... finit de jouer, même avec les mots ... c'est du sérieux !

Tout d'abord merci à Hélène et Bruno de nous avoir hébergé chez eux à deux pas de l'arrivée. "Nous", ben disons que le frangin était "encore" de la fête ... impossible de s'en débarrasser, mais peut-être que j'en n'ai pas envie non plus ...

 Vendredi 25 avril 2014, retenez cette date si vous voulez, mais elle est comme les autres car Sergio nous annonce avec une habitude déconcertante qu'il est malade, qu'il a une crève, que demain il ne tiendra pas plus de 20 km, que c'est du sérieux cette fois-ci ... et c'est moi qui suis commercial ?............................

....Chapeau a tous les participants finishers ou non , abandonner dans ses conditions , n'est pas une défaite , mais une partie remise.............

 


 

Raphael Bounea (3ième des 118 km en 12h25 55

 

Merci pour les encouragements et les félicitations. Ca fait très plaisir de finir sur le podium sur ce genre de course.
J’ai fait la course au cardio sans me mettre en surrégime jusqu'à Plouay. Je n’ai pas voulu partir avec Vivien en fin de nuit pour ne pas griller toutes mes cartouches dans la 1 ère partie.
Après, j’ai eu du mal quand j’ai rattrapé l’autre course pour gérer mon effort pendant 20 kms le temps de doubler les participants du 63 kms dans les mono traces.


Je pense avoir choisi la bonne option pour aller au bout sans exploser.

 


Gérard Denis (1er V4H sur les 118 km en 19h 05 19) ( extrait site SNA)

Aux portes de Pontivy, sur la commune de GUERN,au pied d'une Chapelle qui tient plus de la cathédrale et dont le chocher culmine à près de 70m. Il est 05h00 du matin, 217 traillers écoutent les recommandations du Starter, filles et garçons. Tout le monde est venu pour courir, certains pour gagner, d' autres pour finir, le temps n' est pas sûr comme disent les indigènes, une tempête est en cours, le pire est à craindre que les chemins et sentiers ne se transforment en fondrières.

5h05 , les feux de bengale annoncent le départ. Tandis que les frontales se diluent dans la nuit direction LE POULDU 118 kms plus loin, de l' Argoat à l' Armor, il faudra arriver avant 01h00 demain matin et éviter bien des embûches dont les fameuses barrières horaires, à BUBRY, PLOUAY, QUIMPERLE et Pont ST MAURICE, c' est un pays à embuscades et il faut un tempérament un peu guerrier pour se lancer dans une telle aventure, au moins faut-il être préparé.

Pour ma part je suis venu pour terminer. Sur le long nous sommes trois de SNA Fouesnant, Samuel GRAVE, Bruno LE NAOUR et moi.Je pense aux 17 amis de SNA qui s' élanceront de PLOUAY à 10h00 pour le 63km ( +1,5 km) et à Henri LEHMANN qui sera sur les 100kms de BELVES ce même jour à partir de 08h00,mais place à la course, balisage parfait, chemins et sentiers pour l' instant sans problème, frontale sur 10 km, atteignons les rives de la SARRE ; à 18 km MELRAND, ravitaillement en eau, village de l' an 1000.Stade de BUBRY, 28km , ravitaillement complet, barrière à 9h00 et contrôle couverture de survie INGUINEL (GUERGUER), ravitaillement en eau, 39km, bois d' ORGAN.

Direction PLOUAY, atteint à 12h00, ravitaillement complet au complexe sportif, 53km (+2km) ; Sam est reparti voilà 1 heure. Bruno arrive lorsque je repars, il ne doit pas être bien, il craignait pour son genoux et ne s' était pas bien préparé. GUILLIGOMARCH et les Roches du DIABLE : 74,5 km, ravitaillement en eau pour éteindre le feu et sortir de l' enfer. LOCUNOLE et TY NADAN , 84,5 km(+2km), ravitaillement en eau, ''que d' eau que d' eau'', même de la grêle, beaucoup de vent, de la boue labourée et barattée par 500 paires de jambes, un mille-pattes, j'y perds 2 fois ma chaussure, aspirée par des esprits malins et gluants. TREMEVEN ET GLEUZ DU ( point haut), je ne regarde plus ma montre, il pleut, atteint vers 19h, 84,5 km Enfin le pont de la BOSSE, franchissons l' Ellé, QUIMPERLE ( cité lacustre) 20h00 sonnent à l' église, prairie st NICOLAS, passage au ravitaillement à 20h15 ( barrière à 20h30), plus que 21km, un semi.

Ce seront les kms les plus difficiles, eau et boue, vent et pluie, 97,5 km. Le pont ST MAURICE, 110km, dernier ravitaillement et barrière à 23h00 , direction le POULDU par chemin côtier, arrivée à 0h10 comme disait le fou qui se donnait des coups de marteau sur la tête «ça fait du bien quand ça s' arrête» pour ma part je suis content d'être content. Bruno '' did not finish'' arrête vers Locunolé, 80km Sam : 35ème, 15h09, BRAVO ! Je termine en 19h05 à 00h10. On ne se rappellera que du nom du premier: Vivien LAPORTE, Rennes,11h19.

Tous les autres sont des ''FINISHERS''MERCI et BRAVO aux bénévoles et à l' organisation du BUT 29

 


Samuel  Grave (35 des 118km en 15h 09 01) ( extrait site SNA)

A une semaine de la course je ne savais pas si j'allais pouvoir prendre le départ puisqu'une douleur persistante à la hanche gauche me donnait plutôt l'air d'un canard voulant se redresser que d'un coureur digne de ce nom ............

Samedi 3h20: Gégé me « réveille » et m'invite à boire le café que je bois volontiers !! J'avoue que la fatigue pique un peu aux yeux ! GG me confie qu'il a bien dormi et une envie de l'étrangler me prend !! hihi !  Bref j'ai passé la nuit à manger du gatosport et à boire de l'eau pétillante et a P....r dans une autre bouteille pour ne pas m'envoler à l'extérieur de la tente sous une averse non stop ! Bref je vous passe les détails pour ranger le matos dans le camping car avec l'aide de Gégé et Nicole ,de bien belles personnes, avec de grands coeurs.

Nous voici sur la ligne, et sous la pluie, qui commence à tomber au pied de la Cathédrale de Quelven. Après les recommandations d'usage sur le balisage, la propreté et la sécurité, les lucioles s'étirent déjà sur plusieurs centaines de mètre et je me dis déjà que ce sera long , très long , voir trop long pour certains partis comme sur un semi !

La première partie, à la frontale permet un réveil des plus doux...L'arrivée au Village de l'an Mil se fait a 7 h du matin soit une moyenne de 9km/h.(je n'ai pas de GPS et cela ne me manque pas car le book est précis) Je garderais cette allure volontairement basse jusque Plouay, la course ne fait que commencer à ce niveau là.  11h00, je quitte Plouay après un bon et copieux ravitaillement, au chaud . Je croise des regards de coureurs marqués, a l'abandon, partis surement trop vite. J'apprends que Mich DEFOORT (Ancien SNA de la TOST 2006 ) est déjà reparti depuis 20 mn ce qui me laisse penser qu'il est en grande forme ! 

La hanche bien échauffée me permet de courir tout le temps mais je m'impose de la marche depuis le début, dans toutes les bosses ! La prudence est de mise les appuis deviennent compliqués car le terrain est maintenant labourés par les coureurs du 67km partis plus tot ! Par endroit les appuis ne permettent plus de courir et les chaussures restent engluées dans les ornières que tout le monde à choisi d'éviter ! Doucement j'applique la méthode Cyrano (20 mn de course et 1 mn de marche , en fonction du relief) et je m'applique a bien m'alimenter ,àa calculer les Kcalories dépensées depuis le début et reprises ...bref une vraie gestion des stocks qui occupe l 'esprit durant ces heures de solitudes où le paysage est parfois le seul compagnon .  Nicole ou plutôt « les Nicoles » sont présentent, car sincèrement elle était partout !! A se demander si elles n'étaient pas plusieurs...à nous encourager !

Les Roches du diables sont magnifiques !! Mais quel nom pour un si bel endroit ! Une énorme envie de m'asseoir et de regarder l'eau couler m'envahit...que quelques instants le temps d'une gorgée de boisson énergétique .(km 74,5)

Arrivé à TY NADAN en même temps que la Joelette des sapeurs pompiers poussant un jeune handicapé. Moment d'émotion sous la pluie battante et cette volonté de ces hommes de fer pour cet enfant malade. Changement de passager dans la Joelette et c'est reparti …..alors que je me prend a ressentir des douleurs dans la hanche et dans la cuisse droite ? Que neni pas le droit de se plaindre . L'admiration est là et ces enfants handicapés souriants me font mélanger la pluie avec des larmes dans mon bidon de boisson …

QUIMPERLE : Km 98. Grosse bouffe ! Je reconnais Laurence G du club qui est accompagné d'un couple assurant son coaching, sa motivation est intacte. Après un échange bref chacun reprend sa course. J'apprends que c'est l'hécatombe sur le long et Olivier Nader m'informe qu'il va récupérer Bruno qui est pas top, risquant d'abandonner. Je me sens bien, de mieux en mieux et ma stratégie de course commence à payer. Coté alimentation plus rien de solide ne passe et ce sera coca cola jusqu'au bout ! 

Passage à Pont Saint Maurice (110eme km)14 heures 05 de course et je demande aux commissaires le nombre de Km restant . 7 me dit il !  Alors là je sens que je peux descendre sous les 15 heures !  Je dégoupille alors le cerveau comme on dit et c'est parti pour une chevauchée a 12 km /h sur le plat et toujours de la marche en denivelé. 14h45 de course , après avoir rejoint Daniel qui m'annonce que Agnes fait une super course en tete du groupe SNA, je m'engage sur la plage en suivant « bêtement » un marquage et un coureur … 

Après 10 mn de course et de crapahutage dans les rochers nous sommes coincés par la mer car la marée monte et nous voici en train d'escalader une grille avec des barbelés ..pour regagner le bon chemin .. Nous tambourinons , mon compagnon d'infortune et moi plusieurs fois a la porte de cette belle demeure surplombant l'océan , une dame agée nous ouvre et daigne nous libérer en ouvrant son portail dans la tempête devenue de plus en plus forte !Après l'avoir remercié nous reprenons le chemin « dans le mauvais sens » pour retomber sur Daniel qui lui ne s'était pas engagé sur la plage...(le lièvre et la tortue vous connaissez ?) 

Faut dire que les (ou le ) neurones un peu cramés et la visibilité ne jouaient pas à notre faveur.. Bref passage de la ligne après 15h05 et 5 eme V2 alors que le podium était pas loin...mais pas de regret..on fera mieux l'an prochain ..promis ! 

En bref : une magnifique organisation, une première (c'était mon premier trail de plus de 100km !), Un dépaysement complet a quelques km de chez soi, une arrivée super chaleureuse sous le barnum par les amis du SNA !  Et un immuable Gégé qui nous fait l'honneur d'une Belle victoire en V4 sans oublier Bruno qui a fait 80 pour cent du chemin sur le long  .

Voilà une belle aventure comme on les aime et que l'on conseille de vivre pour aller chercher un peu au fond de soi ce qui nous fait apprécier ensuite le quotidien douillet que nous connaissons tous aujourd'hui !

Bravo à toutes et à tous pour ce défi et ce BUT atteint !

Samuel

 


Fréderic Dubois (118 km en 14h 51 20)

La joie de ne pas atteindre son B.U.T.
 
Cette année je partais en conquérant. Ayant abandonné la course l'année dernière au 97ème km pour crampes, ma motivation était à son apogée. Les conditions étaient idéales: hébergé chez la maman de Bernard à 2 kms du départ, chouchouté par toute la famille Le pabic (comme dans un 5 étoiles), grande forme, Bernard et son frère inscrits au 63kms en relais me servant de lièvre à partir du 53 kms, seule la météo était humide..................................
 
Rapidement je me résignais à faire une course à la "Sophie": prendre du plaisir en contemplant le paysage........................
 
 
 

Grace Monique  les 118 km en 18h 54 01

Le jour J...ce 26 avril 2014, récit de la course...

"Quelven : Jour J, le départ est à 5 heures : heureuse, rêveuse. Toutes les piles frontales sont allumées, nous sommes 214 au départ. Je ne sais pas encore ce qui m’attend. Peu importe, Sabine court à mes côtés au moins jusqu’à Plouay. Après, le défi se présentera... Le chronomètre est lancé.

 Bubry : après 2 heures de course, le jour se lève, les frontales sont rangées. Au ravitaillement, l’ambiance est sympa, l’atmosphère est calme. J’ai un peu peur, des craintes pour remplir mon camelbag, pour me nourrir mais tout se passe bien. Après 5 minutes d’une pause agréable nous repartons.  Les 50 kms se sont faits en 6 h15. La matinée est très agréable, et les kilomètres s’enquillent.

 D’un coup, gros doute pendant le parcours sur les 3 kilomètres suivants. Mes cuisses durcissent, je n’avais jamais ressenti cette sensation auparavant.Mon esprit est pris par l’horaire des barrières qui peut nous contraindre d’arrêter la course. J’ai ralenti inconsciemment ma foulée mais après 2,3 abricots, le défi se poursuit. Les encouragements de Sabine sont toujours présents, elle m’affirme que maintenant, les jambes vont être comme ça jusqu’à la fin. Il faut continuer de courir et le corps va s’habituer.

Plouay : Ravitaillement complet. Heureuse de manger et avec un gros appétit. Nous nous retrouvons entre coureurs et tout le monde est souriant. C’est que du bonheur, une ambiance très particulière mais géniale. Mais on ne peut rester s’attarder...................
 
 
Heureuse de manger et avec un gros appétit. Nous nous retrouvons entre coureurs et tout le monde est souriant. C’est que du bonheur, une ambiance très particulière mais géniale. Mais on ne peut rester s’attarder...................
 

 

vendredi, février 22, 2019 5
Trophée de la vie locale du Crédit Agricole 2019 L’association Trail Kalonad de Landudal, veut...
samedi, janvier 05, 2019 825
avec l'arrivée de MESLAN sur le challenge 2019 les modification de calcul des points se fera ainsi...
mardi, février 19, 2019 129
« Le BUT, c’est une épreuve atypique. Un grand trail parmi les grands, avec une organisation bien...
samedi, janvier 05, 2019 1826
En 2019, le Challenge Armor Argoat continu ses inscriptions avec Klikego, les inscription a...
mercredi, février 06, 2019 163
Comme en 2018 , la boutique n'ouvrira pas à Plouay le 27 avril prochain, serge sera absent,...
mercredi, janvier 16, 2019 430
Les parcours de 103 kms et 59 kms ont été validé par l ITRA pour respectivement 4 et 2 points, la...
  • Le challenge ARMOR ARGOAT de trail vous donne rendez en 2019 pour la première étape de Trévarez avec les Milpats de L'Aulne. le nombre d'étape est pour 2019 réduit a 12 avec le départ du FAOUET et du Trail de L'huître.

    Voici les dates des courses du Challenge pour 2019 : 12 étapes

    • 10 Février le Trail de Trévarez
    • 20 avril La Trace Trégunc Névez
    • 27 avril pour le Bretagne Ultra Trail
    • 12 mai Bubry
    • 8 juin le Trail de L Odet
    • 16 juin le Trail de L'Aven
    • 14 juillet Trail de Landudal
    • 28 juillet Locunolé
    • 21 et 22 septembre le Trail du Ster Goz
    • 29 septembre à Plouay
    • 13 octobre pour le Tro Coat Loch
    • 26 et 27 octobre Trail vallée du Scorff a Cléguer

  • Photographies

    Retrouverez les liens vers les divers albums photos des courses du Challenge Armor Argoat. Les liens traditionnels du site et des albums restent d'actualités.

    Pour proposer vos liens qui ne seront affiché qu'après VALIDATION, rendez-vous la rubrique : " Proposer un lien Photos", et compléter UNIQUEMENT :

    1. Le Titre (soyez le pus explicite possible  ex trail du Ster Goz Kernevel
    2. Sélectionner la catégorie "photographies"
    3. dans URL, indiquez l'adresse internet ou la page Facebook de votre album
    4. Quelques explications si vous le souhaitez
    5. N'oubliez pas de faire " SAUVEGARDEZ"
    6. accès direct pour proposer un lien : " Proposer un lien Photos"