Inguiniel

Inguiniel s'écrit Ynguyniel en 1280. Le bourg étant situé sur une hauteur, ce nom comportait peut-être initialement le radical din indiquant un lieu fortifié, par exemple din-ewl, ancienne forme de Dinéault en Cornouaille. Les bretonnants prononçant En Ignel, le d de din aurait ainsi disparu.

Le site est occupé dès l'âge du fer. Un village gaulois se déploie à Kervern-Teignousse environ un siècle avant notre ère. L'étendue du territoire tendrait à prouver que Inguiniel a été très tôt érigé en paroisse, paroisse dédiée à saint Alban. Elle est signalée dès 1280 dans les archives de l'abbaye de la Joie. Au XVIe siècle, la paroisse compte sept frairies. En 1756, elle en compte encore quatre, hors du bourg, et les seigneuries de Brézéhan, Coëtizec, Le Glent, Kermarquer, Kermand, Kermonac'h, Kerven et Locolven. En 1790, Inguiniel devient commune du canton de Bubry et du district de Hennebont. Les incursions de la chouannerie sont nombreuses. Le recteur, refusant le serment schismatique, est envoyé en prison. En 1800, Inguiniel est rattaché à l'arrondissement de Lorient et en 1801 au canton de Plouay. Le château de Kerascouët est un important lieu de la résistance morbihannaise pendant l'occupation allemande. 

 

 

 

Quistinic

Le nom de Quistinic lui-même est breton et signifie un lieu planté de châtaigniers, une châtaigneraie. Au moyen âge, Quistinic fit partie de la grande seigneurie d'Hennebont ou de Kemenet-Héboé, et plus tard de la châtellenie dePontcallec. (Voir Berné)

 


 

 

C'est vrai qu'à part la montée du Bois d'Organ (on monte, on descend, on remonte, mais pourquoi on monte deux fois au fait ? … C'est pour faire du dénivelé ! ) les chemins sont de nouveau assez roulants. La fatigue commence tout de même à se faire sentir, au bout de près de 7 h de course, la foulée n'est plus la même, plus courte moins rapide, les douleurs commencent à poindre dans les jambes... Mais on approche de Plouay, quelques baliseurs taquins déclinent « plus que 70 km ! », d'autres plus encourageant annoncent 3 km avant le prochain ravitaillement. Mais que ce bois avant Plouay me paraît long !

 

image équipe ACP Baud en 2011

 

Plouay

Plouay est une paroisse primitive comme l'indique son nom qui associe le mot breton plou signifiant « paroisse » au nom d'un saint évangélisateur. Par contre l'identité du saint évangélisateur fait débat. S'agit-il de Saint Douë, un moine gallois qui débarqua entre le Bélon et la Laïta et fonda sur la côte l'ermitage de Doëlan avant de devenir missionnaire itinérant et de franchir l'Ellé ou de Saint Zay, un missionnaire originaire de Cornouailles disciple de Saint Guénolé, fondateur de l'abbaye de Landévennec ? Les formes anciennes du nom de la paroisse ( Plozoé en 1308 et Plouzay en 1387 ) ne permettent pas de trancher. Toujours est il que l'église catholique ne tarda pas à substituer ce saint non officiel par un autre saint reconnu celui-ci par le pape, Saint Ouen.

Plouay est située à 20 kilomètres au nord de Lorient. La commune est vallonnée comme l'atteste la côte de Ty Marrec qui constitue la principale difficulté du Grand Prix de Plouay. Le Scorff est le principal cours d'eau de la commune. Il coule au fond d' une vallée encaissée et matérialise au nord et à l'ouest la frontière avec les communes limitrophes de Berné, Guilligomarc'h et Arzano. Des cours d'eau de taille plus modeste drainent le territoire communal : le ruisseau de Pont er Bellec dont le cours matérialise la frontière au nord avec la commune d' Inguiniel, le ruisseau Saint Sauveur qui traverse le bourg. La commune s'étend sur 6 733 ha dont 1 679 de bois. La voie rapide Lorient Roscoff (D 769) traverse la commune suivant un axe NNO/SSE. Elle a été partiellement aménagée en 2x2 voies entre le bourg de Plouay et Lorient. Le bourg constitue l'agglomération principale tandis que l'activité industrielle se concentre dans la ZA de Restavy, située à l'ouest du bourg à proximité de la voie rapide. La commune est située sur les grandes failles du Massif Armoricain allant de Nantes à la Pointe du Raz.

 

 

 

Le domaine de Manehouarn a Plouay

 

C' est un parc de 48 hectares avec son château édifié en 1758. L'ensemble intégré à l'agglomération est devenu propriété communale en 1985.

 

Son parc offre de nombreux circuits de randonnée accessibles à pied ou à vélo. Des aires de jeux pour enfants, un terrain multisports et un skate parc sont à la disposition du public.

De nombreuses manifestations sportives ou culturelles sont organisées chaque année dans le parc telles le printemps de Manehouarn,  concours hippiques, triathlons...

Une salle de réception, des hébergements : gîtes (visitez les gîtes) et appartements  (visitez les appartements) gérés par la SAGEMOR), et le vélodrome accueillent tous les publics pour organiser fêtes, réceptions et séjours divers.

 

 

 

 

 

Ressources:

Topic topos : http://fr.topic-topos.com/inguiniel

Info Bretagne : http://www.infobretagne.com/quistinic.htm - Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Quistinic

Patrimoine Breton GLAD

Wikipedia: Plouay

Communauté de commune de la région de Plouay