BRETAGNE
ULTRA
TRAIL
suite


Derniers préparatifs avant une rude journée : Christine a le sourire. Les Plaintelois sont prêts.
Ce sympathique bar de campagne n'a sans doute jamais vu autant de monde à une telle heure,
dans de tels accoutrements
Du haut de son perchoir Philippe Ehouarne invite les coureurs à la prudence:
"Ne sous-estimez pas notre parcours!"
Le parcours sera usant et fera payer cher les départs trop rapides ou les erreurs d'alimentation.

 

C'est parti : 300 pieds résonnent dans les rues de Quelven
que domine la majestueuse basilique
.
De drôles de feu-follets se dirigent vers Melrand
et la vallée de la Sarr
e.

 

6 heures 40
Au lever du jour les premiers arrivent au village de l'an 1000.
C'est sûr que nos ancètres nous prendraient pour des fous.
"Quel drôle de pélerinage accomplissent ils?"
Un choc qui aurait pu être grave : nos ancètres étaient de petite taille
et la porte est bien basse.
Ouf! rien de cassé! Notre coureur repart!

 

Des spectateurs peu farouches observent ces visiteurs inattendus. 7 heures 34
Au village de l'an 1000, premier ravitaillement où l'on fait le plein.

 

 

Voici le premier point de contrôle des puces:
Bruno Antoine fait un peu de gymnastique pour valider
Yann Texier le suit de peu;
il faut valider avant de passer au ravitaillement

 

où des bénévoles sont aux petits soins pour tous les arrivants:
encouragements, mots gentils et boissons...
Après la fraîcheur de la nuit, il commence à faire chaud :
on peut se délester et enlever kway et frontale.

 

KM 34, Moulin Hédernec : milieu isolé (pas d'électricité, pas de téléphone); nous sommes arrivés là, guidés par Bernard Colin.
Endroit champêtre qui respire le calme!
Voici les coureurs , par groupe ou isolés;
les kms ont éparpillé les concurrents..
Il fait un temps magnifique pour courir et le moral est excellent.

 

 

9heures 02 : Philippe est là ,
observant l'état de  fraîcheur des coureurs
et pour vérifier si tout va bien.
Régine Tuarze est passée il y a quelques instants.
Voici qu'arrive le maillot orange d'Anita Herman de Coutances.

 

L'équipe mise en place par Patrice Cabel attend
patiemment les coureurs.

C'est le ravitaillement "solide".
Patrice est chargé de la logistique et de l'intendance,
rôle dont il s'acquitte à merveille.
11 heures 04 : Maurice Thépault déboule le long du Scorff,
entre Poulhibet et le moulin du Stang.
La foulée est aisée sur ce passage roulant
mais le chemin est encore long.

 

11heures 22 : Bruno , vainqueur à Cléguer se retrouve sur des sentiers qu'il a déjà foulés; belle allure!
Pas le temps de regarder le geste gracieux
des pêcheurs à la mouche!
11heures 26: et voici Yann Texier !
Un sourire pour le photographe
et il se lance à la poursuite des  précédents
à son train, prudemment.

 

Ils sont en terre finistérienne après le passage de la passerelle.
David Pasquio, en accompagnateur,
suit son compère d'entraînement.
Tous ceux qui n'ont pas posé
leur sac définitivement à Plouay

vont défiler pour rejoindre les Roches du diable.

 

Le photographe apprécie de pouvoir photographier
c
eux qui seront sur le podium
et tous les autres... car ils ont tous le même mérite.
13 heures 28 (Anita  est passée à 13heures 06)
( Régine à 13 heures)

Voici Christine Martin, le sourire au lèvre,
qui me signale un problème de balisage.

En effet un pêcheur a garé sa voiture devant une balise.

 

 

 

Tonio, le bénévole gourinois encourage les concurrents
de sa voix puissante.
Un grand merci aux bénévoles qui ont été présents
de nombreuses heures.
Sans eux, une telle course ne pourrait exister!
Heureusement, le terrain est sec et ça ne glisse pas.
Mais attention , aux racines et aux roches!
Le spectacle est magnifique
et beaucoup de coureurs s'arrêtent pour la photo.

 

Avec plus de 70 km dans les jambes,
ce n'est plus évident de monter ni de descendre;
malgré tout, on garde le sourire et le moral.
"Bob, tu nous fait une photo de groupe"?
Pas de problème! Christian qui a balisé ce secteur le connait bien!
Un bénévole, coureur -organisateur: bravo!

 

" Je sais par où on va mais c'est le kilométrage qui me tracasse!"
Le ravitaillement (et Tonio) est là haut
pour quelques renseignements.
Jean Paul , le cyclotouriste gourinois, est un fana de sport!
Aussi , sait-il encourager les concurrents
qui ont les jambes bien lourdes après les Roches.

 

Et voici Gégé, l'inoxydable! Il est encore bien.
Malheureusement, il a peur de ne pouvoir franchir
la barrière horaire de Quimperlé. Il s'arrêtera à Ty Nadan!
Ce n'est que partie remise.

 

 

Le photographe a raté le premier coureur, Yann Texier,
de quelques minutes,
On attendra un bon moment son suivant : Bruno Antoine.
Le enfants sont fiers d'accompagner leur père
pour les dernières foulées.
Thalassa, Thalassa; la mer, la mer!
Depuis l'Argoat on a rejoint l'Armor.
Le pari de Philippe Ehouarne et de son équipe
s'est concrétisé de belle manière,
favorisé par les dieux du hors stade!

 

Maurice Thépault arrive un peu après.
Bravo à lui d'avoir animé une grande partie de la course.
On espère qu'il reviendra avec des idées de victoire.
Ah! les dernières foulées: elles sont lourdes
mais on les savoure.
Les spectateurs savent apprècier l'effort de ces ultrafondus.

 

Un petit mot pour Jean Kervarrec, le speaker. On finit en famille au coucher du soleil.
Ouf! Papa est là après 120km ! Bravo!

 

Les 4 compères: ils ont fini à la nuit.
Bravo les gars! Quel esprit!
il est bientôt 1 heure du matin;
voici l'un des derniers arrivants : heureux!
"Et nous, les petits les obscurs, les sans grades
Nous qui marchions fourbus, crottés; malades,
Sans espoir de duchés ni de dotation... "(Rostand)

 

album-photo 1 album-photo 2
album-photo  3 album photo 4
album-photo 4 bis
Vous pouvez lire des commentaires et récits sur yanoo.net
e
t sur le site deACP BAUD.
 

 

Retour haut de Page