Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Les oiseaux font le printemps à la médiathèque

 

 

Marc Jamet et Robert Le Bouhellec sont amoureux de la nature. L’un est passionné d’ornithologie, l’autre est féru de photographies d’oiseaux. Ils présentent 54 espèces d’oiseaux.

 

Les gens d’ici

À partir du mois de mars, les jardins résonnent de nouveau du chant des pinsons, des merles, des mésanges… Et même si le proverbe dit qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, leur retour est toujours la promesse des beaux jours. La médiathèque a choisi tout naturellement ce mois pour présenter une exposition de photos sur les oiseaux.

 

Des oiseaux locaux

Martine Février, la bibliothécaire, a invité pour l’occasion deux Gourinois amoureux de la nature, Marc Jamet, passionné d’ornithologie, coauteur d’un Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne, et Robert Le Bouhellec, qui consacre de nombreuses heures à photographier les oiseaux. Ils présentent ensemble 54 espèces d’oiseaux, sur les 80 existants dans la région. Les photos ont toutes été prises dans le secteur. « Ce sont exclusivement des oiseaux que l’on peut voir à Gourin » , précisent les exposants. On y découvre le bouvreuil pivoine, le rouge-gorge, le chardonneret élégant, ou d’autres moins connus comme le tarier pâtre, le bruant des roseaux, le cisticole des joncs ou la locustelle tachetée.

 

La star attitude

Les photos aux couleurs éclatantes ont parfois demandé des heures de patience. « Les oiseaux n’ont pas la star attitude, ils ne prennent pas la pause facilement » , explique Robert Le Bouhellec, qui est particulièrement heureux de présenter la photo d’un coucou, un volatile printanier au chant familier mais qu’on voit rarement. La passion des oiseaux est intrinsèquement liée à la défense de la nature. « Des variétés, comme le faucon pèlerin, avaient disparu, à cause de l’utilisation du DDT (un insecticide) , qui fragilisait la coquille des œufs. Aujourd’hui, on en voit de nouveau sur les hauteurs des Montagnes Noires », explique Marc Jamet. Les deux exposants rappellent l’importance du respect de la chaîne de la nature et du contrôle des pesticides. « En empoisonnant la limace, on tue le moineau qui la mange et on brise la chaîne de la nature » ,rappelle Robert Le Bouhellec. L’exposition est le reflet de cette passion et permet aux visiteurs de lever le voile sur l’univers qui reste souvent mystérieux des oiseaux qui nous entourent. Les enfants des écoles viendront visiter cette exposition au courant du mois et la médiathèque célébrera également le printemps des poètes.

 

Jusqu’à la fin mars :  exposition sur les oiseaux visible aux heures d’ouverture de la médiathèque. ( Gourin)